Le compost à la ferme

La fabrication du compost, un des grands secrets de la production des plantes médicinales en régie biologique

Comme nous travaillons essentiellement en production biologique, nous fabriquons à chaque année le compost dont nous aurons besoin pour assurer l’apport en fertilisation de nos cultures. Le compost est un savant mélange de matière azotée et de matière carbonée, sans négliger son ingrédient essentiel et caché, sa vie microbienne.

A l’échelle domestique, ce sont les déchets de table qui constituent la matière azotée que l’on appelle aussi matière verte, tandis que les résidus de jardins (feuilles, plantes, tiges, paille, bois raméal fragmenté…) fournissent le carbone et constituent la matière brune. Comme nos restants de lunch ne fournissent qu’un maigre apport, nous allons chez nos amis et voisins éleveurs pour nous approvisionner en fumier de cheval, de bison, de poule ou de brebis pour obtenir suffisamment de matière azotée. Nous y ajoutons nos rebus de fabrication des extraits et toute la matière carbonée générée par désherbage, les annuelles en fin de saison et les résidus des récoltes.

Après de savants calculs pour s’assurer du bon ratio carbone:azote, notre équipière experte en compost fabrique les buttes de compost, appelées andins, en mélangeant les différentes matières en bonnes quantités. Cette année, nous avons fabriqué neuf andins qui ont chauffé tout l’été, à quelques centaines de mètres du jardin.

Les andins sont recouverts d’un géotextile noir qui laisse passer l’air et évaporer l’eau mais qui empêche la pluie de s’infiltrer, parce qu’un compost mouillé ne se décompose pas. Le textile protège aussi des semences de mauvaises herbes transportées par le vent et qui germeraient dans le compost. Il y a toujours un andin laissé ouvert pour que les résidus de jardin y soient ajoutés au fur et à mesure qu’ils sont produits.

Un compost a besoin d’air car la décomposition de la matière organique se fait par des bactéries aérobies. Sans air, les bactéries anaérobies s’installent, ce qui nuit à la décomposition et dégage de fortes odeurs peu agréables. Afin d’assurer une bonne aération de notre compost, nous insérons des tubes de PVC dans les andins. C’est très efficace… et ça donne tout un look à notre aire de compost!

Le processus de compostage génère suffisamment de chaleur pour tuer les bactéries nuisibles et empêcher l’andin de geler. Les buttes de compost ont été retournées 4 fois dans la saison, afin d’assurer un compostage égal. Et avec la chaleur dégagée, le processus de compostage se maintient pendant tout l’hiver pour qu’au printemps, le compost soit prêt à utiliser afin de démarrer une nouvelle saison de production.


Produit ajouté à votre commande