Culture des plantes médicinales

La culture des plantes à racine comporte de grands défis et représente autant de belles victoire

C’est généralement à l’automne qu’on récolte les plantes médicinales qu’on utilise pour leur racine. À l’automne, la fructification est terminée, les parties aériennes fanent et la plante entre en dormance afin de pouvoir reprendre son cycle végétatif au printemps suivant. C’est le bon moment pour récolter guimauve, rhodiola, bardane, astragale, éleuthéro, échinacea, valériane…

Récolter des racines est ardu, salissant et ça vous défigure un jardin !! Il faut s’armer de pelles, de bottes, de bons gants et de patience. Le seul avantage de la récolte des racines est qu’elle peut se faire sous n’importe quelle condition météo : froid, pluie, vent, grêle, tandis que les feuilles et fleurs doivent être récoltées par temps sec et ensoleillé.

Il y a une complexité à déterminer le moment parfait pour la récolte des racines. Contrairement aux parties aériennes, qu’on peut observer pour savoir si la pourriture ou la maladie commence à se propager, il faut se fier sur ses connaissances, son sens de l’observation, son discernement et son expérience pour déterminer le meilleur moment pour la récolte. Certaines racines, comme la valériane, dégénèrent rapidement après avoir atteint le sommet de leur potentiel et pourrissent dans le sol si on ne les récolte pas à temps. Heureusement Dominique, notre Directrice agricole, est une experte et notre équipe cumule 4 décennies d’expérience dans la culture et la récolte des plantes médicinales!


Les racines d’une plante vivace s’épanouissent année après année. Il faut donc lui laisser quelque temps en terre pour atteindre son plein potentiel, généralement au moins trois ans. Non seulement elles seront plus grosses mais elles auront eu à se défendre contre les intempéries et les ravageurs, ce qui augmente la complexité de leurs composantes, donc la puissance de leur action médicinale. Une plante qui a survécu à l’hiver, au soleil brûlant, à un manque ou un excès d’eau, aux coups de griffe des marmottes et aux insectes est beaucoup plus forte qu’une plante qui a vécu une courte vie dans un environnement douillet. Les composantes qu’elle a développées pour survivre nous transmettent sa capacité d’adaptation et sa résistance au stress.

La majorité de nos racines sont récoltées après trois ans, tandis que les plantes de sous-bois et certaines plantes à croissance lente sont laissées en terre durant 4 ou 5 ans. Une fois que la racine est récoltée, les plants sont morts, la parcelle est vide. Pour pouvoir récolter chaque année, nous devons faire des rotations et avoir en tout temps une parcelle de première année, une de deuxième année et une de troisième. Nous plantons chacune des vivaces à chaque année pour s’assurer d’une récolte trois ans plus tard. Cela signifie qu’un tiers seulement de ces plantes sont matures, donc prêtes à être récoltées, année après année.

Après la récolte des racines de vivaces, nous semons de l’engrais vert sur la parcelle pour nourrir et reposer le sol. Cette pratique de rotation de culture évite d’épuiser les sols. L’année suivante, nous sèmerons autre chose sur la parcelle et nous planterons notre vivace de première année ailleurs dans le jardin. Dans une parcelle qui a contenu une plante à racines, nous installerons une plante à feuilles ou à fleurs afin de pas drainer les mêmes types de nutriments du sol. Cultiver des racines nécessite non seulement un intense labeur mais aussi une planification minutieuse.


Produit ajouté à votre commande